Quand je me regarde, je me fais peur. Quand je me compare, je me rassure

Aller en bas

Quand je me regarde, je me fais peur. Quand je me compare, je me rassure

Message  Pierrebm le Jeu 8 Fév 2018 - 13:21

Bonjour,
 
Mon kilométrage annuel me fait parfois fantasmer sur une moto moderne. Parmi ces dernières, quelques-unes ne valent pas grand-chose sur le marché. C’est le cas des K100RT, K1100LT mais aussi des Kawa 1000GTR. Fouillant les annonces, l’une d’elles attire mon attention. Deuxième main, son historique complet est détenu par son vendeur et elle n’affiche que 85000km. Le prix est demandé n’est que de 1500 euros mais le vendeur enlève le montant de la distribution car elle est à faire aux alentours de 100000km. En théorie, on arrive donc à un truc du genre 1200 euros la moto grand tourisme !
Rendez-vous pris, j’arrive devant la bête. Elle présente très bien même si la peinture noire de la mécanique est plus que écaillée.
La première impression de son côté massif est validée dès qu’il s’agit de la sortir du garage. On sent que si on l’incline trop, on ne la rattrapera pas !
Assis derrière le cockpit, ça inspire quand même une certaine confiance même si le guidon a une forme esthétiquement bizarre.
Démarrage… le moulin s’ébroue avec une sonorité rauque d’un mec qui devrait sucer des pastilles pour la gorge ou arrêter de fumer urgemment. Mon Dieu que ce son m’est désagréable !!
Tentative d’enclencher la première… la course du sélecteur est longue comme celle d’un levier à main de Harley de 42 sauf que c’est du pied qu’il faut actionner le truc. Aux premiers tours de roues dans la cour gravillonnée, elle me donne une drôle d’impression d’avoir un train avant imprécis. Je mets ça sur compte de la nature du sol. Arrivé sur la route, on monte les vitesses… la course du levier est dingue ! Il faut aller chercher la vitesse très très haut. La départementale n’est pas un billard et ce train avant qui semble avoir envie de se faire la malle à chaque gravillon est déroutant. Il fait froid… l’absence de protection me le rappelle. Le drôle de guidon place les mains de telle façon que les rétros ne coupent pas le vent. J’ai froid, la lourde moto ne tourne pas, le train avant semble se dérober… le moulin n’a rien dans le sac aux vitesses adaptées aux petites routes sauf à rouler en seconde. Il me donne même l’impression de mouliner avec grand bruit sans pousser. Pour en tirer quelque chose, faut pousser comme un débile. 
 
Conclusion, la kawa ne rejoindra mes bons vieux bicylindres. Je reprends ma R60/2 avec plaisir. Elle est cool et accepte de me promener aux vitesses à peu près légales dans un confort bien supérieur. Cet essai me permet, une fois de plus, de mesurer l’efficacité du nez de cochon Avon derrière lequel les gants chauffants parviennent à faire le job pour lequel ils sont conçus. Je mesure aussi le confort de la 90S même si ce confort est plus « estival » compte tenu de l’absence de protection. Mes vieux flats sont beaucoup plus polyvalents. Peut-être me fallait-il prendre l’autoroute pour trouver des qualités à cette enclume estampillée Kawasaki ?
 
PS : une K100RT est autrement plus maniable.
avatar
Pierrebm


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand je me regarde, je me fais peur. Quand je me compare, je me rassure

Message  jean-antoine le Jeu 8 Fév 2018 - 13:35

J'étais arrivé à la même conclusion après avoir roulé 100kms avec une 1100 Zephyr , sauf que le moteur avait du couple en bas , contrairement à la GTR (2° génération) d'un copain  ,qui l'a d'ailleurs revendue très vite ! Mais sinon grosse enclume , à l'époque j'avais une r100rt , puis une k100lt....des ptits vélos , surtout le flat , 80 kilos de moins !!!
avatar
jean-antoine


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum